Interview de Kimi au Daily Mirror...

Publié le par IceManFan

KIMI Räikkönen a répondu à quelques questions du "Daily Mirror", réponses souvent remarquablement froides, comme a pu le constater le journaliste auteur de l’interview.
Mais cela fait partie de son tempérament et il peut y avoir des avantages à ne jamais en dire trop, surtout lorsqu’il s’agit de grosses indiscrétions.
Là où beaucoup développent leur réponse, quitte à dériver de la conversation, Kimi s’en tient à de simples répliques monosyllabiques, franches.

 

A propos de la présence de Michael Schumacher au sein de la Scuderia Ferrari

 

"Il n’y a pas de pression supplémentaire à cause de Michael.
J’ai envie de faire aussi bien que possible. Les personnes qui ont été là ou ce qu’il s’est passé auparavant, ça n’a pas d’importance. Je veux tout simplement faire mes propres choses.
Chacun travaille à sa façon. Il y a de bonnes personnes avec qui travailler chez Ferrari. L’atmosphère y est sympathique et relaxante. Je ne pense pas qu’il y aura de problèmes. J’apprécie [cette expérience], c’est le principal."

 

Avez-vous déjà beaucoup parlé à Schumacher?
"La dernière fois que je lui ai parlé, c’était lors du lancement de la voiture. Nous n’avons parlé que de choses normales, rien à voir avec la course ou le fonctionnement de l’équipe."

 

Lui parlerez-vous lors des prochaines semaines?
"Aucune idée."

 

Lorsque vous avez signé chez Ferrari, saviez-vous si Schumacher s’en irait ou non?
"Non."

 

Auriez-vous préféré l’une ou l’autre solution?
"Je n’ai jamais été en position de choisir mes coéquipiers. Et ce n’est pas mon boulot."

 

Saviez-vous que Ross Brawn (directeur technique à l’époque de son recrutement) prendrait une année sabbatique?
"Non."

 

En avez-vous déjà parlé avec l’équipe?
"Non."

 

Quand avez-vous commencé à penser rejoindre Ferrari? "Ce n’est pas important."

 

Quelle fut votre réaction après les déclarations de certaines personnes du paddock, selon lesquelles vous aviez tendance à casser le matériel?
"Je me moque de ce qu’ils disent."

 

Est-ce que vous vous intéressez à quelque chose? "Seulement au moment où je pourrai partir [de cet entretien]."

 

A propos de ses "problèmes" avec l’alcool, l’année dernière...
"Quand la presse obtient une telle histoire, peu importe si elle est vraie ou fausse, elle la publie. Ca ne changera jamais. Peut-être que j’étais plus affecté il y a deux ans, mais je m’en moque totalement maintenant car ça ne change rien à ma vie.
Ca n’a pas d’importance car je sais ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Il est peut-être mieux que les gens n’en sachent pas trop sur moi. Je m’occupe simplement de mes affaires, et bien sûr, parfois ça ne plaît pas, mais on ne peut pas plaire à tout le monde."

 

by Gabriel Kinzler (interview parue il y a quelques mois)

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anonyme 27/04/2007 15:44

Exactement, il est un as pour piloter mais pas forcement pour parler... Peu importe, Kimi c'est un ensemble, et c'est ca qui fait ce qui'il est!

denom 26/04/2007 21:15

D'accord, lol.
C'est typiquement notre Kimi, ça. C'est vrai que par moment, il est agaçant. Mais bon, quand il dit qu'il se moque de ce qu'on pense de lui, à tort ou à raison, il est sincère. C'était déjà le cas à l'époque de Sauber, il ne se préoccupait jamais de ce que disait les journalistes de lui, en bien ou en mal. La seule chose qui l'intéresse, c'est de piloter.