Ecclestone : GP de France, si c'est pas Paris, Au Revoir la France!

Publié le par IceManFan



Bernie Ecclestone, grand patron de la F1, cherche à améliorer le spectacle en F1. Il signe donc des contrats avec des villes qui proposent un format de haut standing et de plus en plus original. L’idée, c’est que cela marche !

Que les spectateurs soient contents et que les directeurs d’écuries y retrouvent leurs comptes…

Quels sont vos projets pour améliorer encore le spectacle en F1 ? Augmenter les dépassements ?

Bernie Ecclestone : « Mais on arrête pas d’essayer ! Le problème, vous voyez, c’est que quand j’ai commencé à diriger la F1, j’étais une sorte de dictateur, je faisais comme je voulais. Maintenant, on essaie de la gérer un peu comme une démocratie, et ce n’est pas facile. Il faut convaincre tout le monde, et cela prend beaucoup plus de temps pour réaliser des choses qui sont pourtant évidentes et qu’on finit par faire. Nous avons encore de nombreuses idées pour améliorer le show. »

Il semble que ce soit la mode des circuits urbains. Les projets de Singapour, de Valence ou d’Abu Dhabi semblent aller à l’encontre de la volonté de sécurité de la Fédération. Les tracés en ville ont nettement moins de dégagements que les autres…

BE : « Ah oui ? On court à Monaco, depuis 65 ans… et ça n’est pas si dangereux que ça. »

Ce n’est pas l’avis des pilotes. Certains d’entre eux disent que les rails de sécurité sont trop proches…

BE : « Ceux qui affirment une chose pareille devraient se chercher un autre boulot ! »

Ces nouveaux projets sont très bien, mais vous semblez ignorer le marché américain ?

BE : « Il est vrai que nous arrivons au terme du contrat d’Indianapolis cette année. On verra bien ce qui se passera. Mais les Américains ne fonctionnent pas comme le reste du monde. Là-bas, il n’y a pas d’aide du gouvernement ou des villes. Il faut que le Grand Prix soit entièrement financé par des sociétés privées, qui veulent toutes la garantie qu’elles ne vont pas perdre d’argent. Elles ne veulent prendre aucun risque, c’est étrange. Les Américains entreprennent de grandes choses, mais pas pour la F1. Je ne parviens pas à comprendre comment ils fonctionnent, ou comment est organisé leur système de droits télévisés. Tout ça me sort par les oreilles. »

Le Grand Prix de France est au centre d’une polémique, puisque vous avez signifié à la FFSA qu’elle n’était plus au standard, et qu’il fallait trouver une autre solution que Magny Cours. Quel est votre souhait ?

BE :
« J’ai dit aux Français que le seul endroit qui m’intéressait, c’était Paris. Là, ce serait formidable, je signe tout de suite, et pour 99 ans. Et comme Paris n’a pas eu les Jeux Olympiques (c’est Londres qui a gagné les Jeux 2012) ce serait un bon moyen pour eux de se rattraper. On essaie de mettre ce projet en route, ce serait bien pour la France. Je serais le premier heureux de remettre le Grand Prix de France au calendrier, vu la longue histoire de l’épreuve. »

Et si seule l’opportunité de Magny Cours est évoquée par la FFSA, et qu’elle n’arrive pas à remettre le circuit au standard ?

BE : « Je me suis mis d’accord avec les gens de la FFSA (la Fédération Française du Sport Automobile.) Ils sont d’accord pour tout stopper. Magny-Cours ne sera plus au calendrier après 2007. Plus personne ne veut y aller. Il n’y a pas d’hôtels, pas d’aéroport, pas d’intérêt historique, rien. Aucune raison d’y rester. Le problème c'est que nous n'aurions jamais dû aller à Magny-Cours. C'était la piste d'essais de Ligier et subitement c'est devenu un circuit de Grand Prix. On devait nous construire une autoroute à six voies, vingt hôtels... Rien de tout cela n'est arrivé. »

Est-ce que cela n’est pas un peu facile d’invoquer une clause de standard pour mettre un terme au contrat ?

BE : « Il y a aussi le fait que les Français ne peuvent plus payer le prix convenu. C’est la raison numéro 1 pour tout stopper. Ils oublient peut-être de le dire… »

J-P.K
© CAPSIS International

(source : www.f1-live.com)

Publié dans Divers

Commenter cet article